Skip to main content

You are here

Aménorrhée, ménorragie

DES RÈGLES QUI SE DÉRÈGLENT

Les dérèglements qui surviennent dans les cycles menstruels sont souvent bénins. Ils peuvent toutefois être un signe d’une perturbation plus grave. Il est donc conseillé de suivre de près son cycle en notant les dates de vos règles et de consulter en cas de doute.

DES CAUSES PSYCHOLOGIQUES

Les règles sont soumises au fonctionnement du cerveau : ainsi, un stress psychologique peut suffire à les dérégler. Des cycles très irréguliers (35, 40 ou 45 jours) peuvent avoir leur origine dans un mauvais fonctionnement des ovaires. Ces dérèglements peuvent arriver une fois, sans que cela soit considéré comme pathologique. Un choc psychologique comme un traumatisme important (accident, décès d’un proche, agression) ou un conflit personnel, peut, par exemple, faire sauter un cycle.

RÈGLES ABONDANTES OU MÉNORRAGIES

Avoir des règles abondantes est un trouble menstruel assez répandu (25 % des femmes entre 30 et 49 ans). On appelle ménorragie, des règles qui durent plus de 7 jours avec des pertes de sang allant jusqu’à 150 ml (normalement, les femmes perdent 50 à 100 ml). Ce trouble peut avoir différentes origines, telles que :

  • Un dérèglement hormonal : un excès ou une insuffisance en œstrogènes peut être en cause.
  • Un développement important de l’endomètre (la paroi interne de l’utérus). Lors des règles, l’endomètre est expulsé. Si l’endomètre est très développé, il est plus long à éliminer.
  • L’âge : après 40 ans, des fibromes ou des polypes peuvent apparaître.
  • Le port d’un stérilet au cuivre

La ménorragie est souvent associée à des douleurs. Dans tous les cas, si vos règles sont régulièrement abondantes, il est conseillé de consulter votre gynécologue.

RÈGLES ANARCHIQUES : HYPOMÉNORRHÉE OU SPANIOMÉNORRHÉE

Si vos règles sont très peu abondantes ou complètement imprévisibles et irrégulières, que vos cycles durent entre 40 ou 45 jours, voire disparaissent un ou plusieurs mois d’affilée, on parle alors respectivement d’hypoménorrhée ou de spanioménorrhée.

Des règles particulièrement peu abondantes peuvent être liées à votre pilule contraceptive. Un arrêt récent de la pilule peut également provoquer un dérèglement.

D’autres causes hormonales, comme l’hypersécrétion de prolactine, l’hormone de l’allaitement, peuvent être responsables. À forte dose, elle entraîne une perturbation de l’ovulation, puis un arrêt des règles.

Pour déterminer précisément les causes de ces dérèglements, consultez votre gynécologue.

ABSENCE DE RÈGLES OU AMÉNORRHÉE

L’aménorrhée, ou l’absence de règles peut avoir pour cause la grossesse, la ménopause ou l’allaitement. Dans le cas de la ménopause, l’arrêt n’est pas brutal, mais précédé d’une période plus ou moins longue de cycles irréguliers, s’accompagnant de bouffées de chaleur et de sueurs nocturnes

En dehors de ces cas normaux, un arrêt des règles peut être provoqué par un régime alimentaire extrême, la pratique intensive d’un sport, l’obésité ou la prise de certains médicaments.

En cas d’arrêt des règles, il est bien évidemment conseillé de faire un test de grossesse. C’est en effet la cause la plus probable d’une aménorrhée.

SAIGNEMENTS HORS DES RÈGLES

Les saignements entre les règles peuvent être dus à l’ovulation : de petites traces de sang sont visibles alors à ce moment-là. Ces saignements durent de quelques heures à quelques jours. S’ils surviennent à la suite d’un rapport sexuel, ils montrent la présence d’une légère inflammation du col, courante et pas inquiétante. Si le phénomène se répète, par contre, une consultation s’impose.

À noter : le port d’un stérilet peut également provoquer des saignements.

  • Les saignements qui surviennent régulièrement en dehors des règles (métrorragies) peuvent être bénins mais, si le phénomène se répète, il faut s’en inquiéter. Il constitue alors un signal d’alerte. Les saignements peuvent, par exemple, être le signe de l’existence d’un fibrome. Consultez votre gynécologue pour qu’il établisse un diagnostic fiable et vous conseille sur les suites à donner., de diarrhées, de nausées, voire de vomissements ;

D’autres symptômes sont parfois présents : migraines, douleurs articulaires, troubles veineux, gonflement et prise de poids… Ils sont très variables d’une femme à l’autre et même d’un cycle à l’autre chez la même femme.