Skip to main content

You are here

dysménorrhée

DOULEUR PENDANT LES REGLES : QUE PEUT-ON FAIRE CONTRE LA DYSMENORRHEE ?

Mal aux reins, ventre gonflé et douloureux, seins tendus… Autant de symptômes typiques que vous attribuez à la période des règles. Vous êtes sujette à la dysménorrhée, cet ensemble de douleurs pelviennes précédant ou accompagnant les règles. Rassurez-vous, vous n’êtes pas seule dans ce cas ! La dysménorrhée est une cause fréquente de consultations médicales. N’hésitez pas, vous non plus, à en parler avec votre gynécologue ou votre généraliste afin qu’il vous conseille le mieux possible.

VANIA® vous donne quelques astuces pour soulager la douleur et être en harmonie avec votre corps pendant cette période.

Bouger pour avoir moins mal

Pour calmer la douleur liée à la dysménorrhée, certaines femmes ne jurent que par le sport ! Si l’idée de bouger pendant vos règles vous semble incongrue, sachez que l’activité physique (sports doux comme la marche, le yoga ou les étirements) atténue les douleurs : le corps est mieux oxygéné, la circulation sanguine réactivée et les contractions de l’utérus sont moins douloureuses.La pratique du sport pendant les règles reste une solution qui ne conviendra pas forcément à toutes ! Alors rien ne sert de vous forcer si vous n’en ressentez pas l’envie.

Surveillez votre alimentation !

La relation de cause à effet n’est pas toujours évidente, mais une alimentation adaptée peut vous aider à limiter la dysménorrhée ! Pendant la période des règles, réduisez d’abord votre consommation de sucre : l’excès d’insuline est responsable de la production de prostaglandines pro-inflammatoires, les principales responsables des douleurs. Réduisez également, durant cette période, la viande rouge et le café, et préférez les poissons gras et les aliments riches en omega-3. Enfin, une étude a montré que le gingembre aidait à réduire les douleurs pendant les règles… !

La dysménorrhée et l’homéopathie

L’homéopathie peut également être une bonne solution pour lutter contre la douleur. Chaque symptôme correspond à une posologie homéopathique : consultez un spécialiste plutôt que d’avoir recours à l’automédication et de risquer de prendre un traitement inadapté.

Et si vous testiez la médecine parallèle ?

Il a été démontré que l’acupuncture peut soulager les douleurs menstruelles. Les piqûres sont ainsi censées rééquilibrer le flux d’énergie vitale qui circule dans le corps. L’acupuncteur pose entre deux et quatre aiguilles, et le traitement est effectué en deuxième partie de cycle sur trois mois.

Les contraceptifs pour agir sur la dysménorrhée

Si les traitements par anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) n’agissent pas suffisamment sur la dysménorrhée selon vous, consultez votre gynécologue. Il pourra vous prescrire un contraceptif oral. Dans ce cas, le flux menstruel est plus faible et les contractions utérines moins intenses. Certaines pilules à prise en continu peuvent même supprimer l’apparition des règles, et donc des symptômes qui les accompagnent. Enfin, le stérilet diffusant de la progestérone permet d’obtenir de bons résultats sur la dysménorrhée.