Skip to main content

You are here

Causes et signes de la fausse couche

LES SIGNES ET CAUSES POSSIBLES DE LA FAUSSE COUCHE

Les femmes sont beaucoup plus nombreuses qu’on ne le pense à vivre une fausse couche, également appelée « avortement spontané » dans le jargon médical. En effet, 15 à 20 % des grossesses sont interrompues par un rejet involontaire du fœtus avant la 12e semaine. Le taux grimpe encore si l’on prend en compte les fausses couches qui surviennent très tôt et passent souvent inaperçues puisque la femme ignore alors qu’elle est enceinte. Cet événement n’est pas anodin pour autant. Une fausse couche peut être vécue très différemment suivant les femmes. Découvrez quelles peuvent être les causes d’une fausse couche et les signes auxquels il faut prêter attention.

À QUOI PEUT ÊTRE DUE UNE FAUSSE COUCHE ?

Dans plus de la moitié des cas, un avortement spontané est dû à une anomalie génétique de l’embryon. Comme son patrimoine génétique ne lui permet pas de se développer correctement, il est rejeté naturellement par le corps.

Une fausse couche peut également avoir d’autres causes, comme des infections (rubéole, toxoplasmose ou cytomégalovirus), des malformations utérines, une exposition à des produits toxiques ou des comportements excessifs (café à forte dose, prise d’alcool régulière, lait cru qui peut transmettre la listériose, tabagisme, prise de médicaments contre-indiqués pendant la grossesse…).

RECONNAÎTRE UNE FAUSSE COUCHE

Une fausse couche peut se manifester par différents signes tels que :

Des saignements vaginaux abondants et continus pouvant être accompagnés de douleurs ou de crampes au bas-ventre. Même si des saignements ne sont pas toujours un signe de fausse couche, mieux vaut consulter rapidement pour en déterminer l’origine, surtout s’ils sont accompagnés de douleurs.

L’arrêt des signes normalement associés à la grossesse, tel que le gonflement des seins.

Il arrive aussi qu’une fausse couche ait eu lieu sans ces signes avant-coureurs et passe donc quasiment inaperçue.

QUE SE PASSE-T-IL APRÈS UNE FAUSSE COUCHE ?

Une fausse couche peut, si elle a lieu tôt pendant la grossesse, ne nécessiter aucune intervention médicale ou de traitement particulier. Cependant, il arrive que quelques résidus n’aient pas été éliminés naturellement de l’utérus. Votre gynécologue pourra alors envisager deux solutions afin d’aider votre organisme à les éliminer : vous prescrire des médicaments ou effectuer une intervention simple appelée « curetage ».

ET ENSUITE ?

Il n’y a aucune raison de culpabiliser après une fausse couche, vous n’y êtes généralement pour rien. De plus, ce n’est pas parce que vous avez fait une fausse couche que vous aurez plus de difficultés à tomber enceinte par la suite. Il est en revanche conseillé d’attendre au moins deux à trois cycles menstruels avant de réessayer de concevoir un enfant, afin de laisser l’utérus reprendre doucement son fonctionnement naturel. Si vous tombez enceinte avant, pas de panique, tout peut très bien se passer !